Y a-t-il un palmier en particulier qui soit résistant au papillon du palmier ? Oui, il y a des palmiers plus résistants que d’autres, mais aucun n’est invincible.

 

Palmetto, palmier Sabal, à la Palmeraie du Sarthou (32)

Palmetto, palmier Sabal, en pleine forme à la Palmeraie du Sarthou (32)

 

Des palmiers plus ou moins résistants au papillon du palmier

La sensibilité d’un palmier face au papillon palmivore, Paysandisia archon (ou bombyx du palmier) dépend de plusieurs facteurs, indépendamment de l’espèce de palmier :

– son âge : les vieux palmiers sont plus vulnérables. Les plantules ne sont pas attaquées. Par plantule, on entend un sujet qui n’a pas encore formé de palme adulte. Réglementairement, ce sont les palmiers dont la base fait moins de 5 cm de diamètre. Les jeunes palmettos, parce que leur tronc est souterrain, ont aussi très peu de chance d’être attaqués.

– son état : les palmiers stressés (par manque d’arrosage ou récemment transplantés) sont plus facilement attaqués. C’est normal car c’est le cas pour toute maladie touchant les plantes. Les végétaux stressés sont toujours plus facilement attaqués par un ravageur car ses défenses naturelles sont amoindries.

– sa situation : le milieu urbain, riche en palmiers et plus chaud que la campagne environnante, offre un milieu plus favorable à la prolifération du papillon du palmier.

– les conditions climatiques : les environnements frais et ombragés sont moins accueillants pour ce papillon qui est thermophile (il aime la chaleur). Il y a peu de chances de le voir progresser dans les régions fraîches comme le Cotentin (département de la Manche).

Contrairement à ce que l’on entend parfois, le sexe du palmier n’est pas un facteur déterminant face à une attaque de Paysandisia archon. Pour une présentation complète sur le papillon, l’association des Fous de Palmiers a édité un guide très complet sur le sujet.

Cocotier du Chili, Jubaea, attaqué par un ravageur au coeur

Cocotier du Chili, Jubaea, attaqué par un ravageur au cœur, qui pourrait bien être le papillon du palmier. Photo aimablement prêtée par l’Atelier des Méditerranées, paysagiste à Marseille.

 

Le type de végétation d’un palmier est l’autre grand facteur de sensibilité au papillon palmivore :

– les palmiers à stipe fibreux (tronc couvert de fibres) sont beaucoup plus sensibles que les autres. Ainsi les Trachycarpus et les Chamaerops sont plus vulnérables.

– les palmiers à tiges fines, comme les Chamaedorea et les Rhapis, peu attractifs pour un ravageur de la taille de Paysandisia archon, sont peu attaqués (mais pas immunisés !).

– les palmiers dont la lance (ensemble des palmes en formation) est tendre sont plus sensibles car la jeune chenille s’y loge plus facilement. Chamaerops et Sabal se retrouvent dans cette catégorie.

 

Phoenix theophrasti, dattier de Crête

Phoenix theophrasti, le dattier de Crête, est l’un des palmiers les moins touchés par le bombyx palmivore.

 

 

Y-a-t-il un palmier résistant au papillon du palmier ?

L’honnêteté nous pousse à dire qu’il n’y a pas de palmier immunisé contre ce satané Paysandisia. En zone très infestée (cas d’une situation extrême), on nous a rapporté la présence de Paysandisia cherchant à pondre sur des palmiers bambou, sur lesquels le bombyx du palmier ne commettra que peu de dégâts et n’en sortira pas sous forme d’adulte de toute façon. En revanche, il existe des palmiers moins sensibles que d’autre au papillon du palmier. En région infestée, vous pourrez orienter votre choix en fonction de cette sensibilité.

 

Examen d'un Sabal bermudana de grande taille

Examen d’un Sabal bermudana de grande taille : les symptômes de la présence de Paysandisia y sont assez discrets.

Échelle de résistance des palmiers au papillon du palmier

Cette échelle vient de notre expérience et de notre ressenti en fonction de ce que l’on peut nous rapporter. Elle n’a rien de définitif ni de scientifiquement établi, mais c’est un repère.

 

Degré de sensibilité Palmiers
1 Chamaedorea, Rhapis
2 Palmiers dattiers (Phoenix dactylifera, P. theophrasti), Washingtonia
3 Phoenix canariensis, Jubaea chilensis, Butia
4 Sabal, Rhapidophyllum hystrix
5 Brahea (surtout B. armata), Trithrinax
6 Trachycarpus (tous), Chamaerops humilis

 

 

 

 

 

 

 

Explication de l’échelle de sensibilité : 1 signifie qu’il y a très peu de chances de voir le papillon du palmier pondre sur la plante, 6 signifie qu’une infestation est très probable si le papillon vole dans les environs.

 

En dehors des palmiers bambou, ce sont donc à notre avis les palmiers dattiers les plus résistants au papillon du palmier. Nous avons pu le constater au cours de nos déplacements dans le sud de l’Europe. Des palmes dures y compris au niveau de la lance, un cœur dégagé et l’absence de fibres font en effet des palmiers dattiers les essences les moins favorables à la ponte de Paysadisia archon.

Washingtonia, palmier réputé résistant au papillon palmivore, n’est pas immunisé contre les pontes car nous avons eu plusieurs témoignages de la présence du ravageur dans ce palmier.

Nous n’avons jamais eu d’écho concernant une attaque de bombyx du palmier sur les palmiers pindo (Butia eriospatha, Butia odorata). Mais comme le Jubaea, qui peut être exceptionnellement attaqué et est proche du point de vue botanique des Butia, nous plaçons ces palmiers au même niveau de sensibilité que le cocotier du Chili.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer