Guérir un palmier d’une attaque de chenille du papillon Paysandisia archon, le papillon palmivore (papillon du palmier ou encore bombyx du palmier), c’est possible !

Soigner un palmier malade de la chenille du papillon du palmier est même moins compliqué que de lutter contre la pyrale du buis (la chenille du buis), mais la méthode est très différente. Tout d’abord, il faut bien connaître le cycle du papillon. Autrement dit, appliquez la devise : “connais ton ennemi pour mieux le combattre”.

 

Larve de papillon du palmier, Paysandisia archon, mise à jour dans sa galerie

Larve de papillon du palmier, Paysandisia archon, mise à jour dans sa galerie. Les palmes plus anciennes ont été retirées pour montrer le positionnement de la chenille. La partie blanche est encore vivante, la partie marron de la palme a déjà dépéri.

Comment se développe le papillon du palmier et sa chenille palmivore ?

Les papillons adultes émergent dès les premières chaleurs de l’été, vers la fin juin.

La ponte commence quelques jours après et se poursuit jusqu’à la fin du mois de septembre. Les œufs ressemblent à un grain de riz, en couleur, taille et forme. Ils sont cachés dans les fibres du palmier, près des palmes les plus jeunes.

Les œufs éclosent après un temps d’incubation qui peut aller jusqu’à 1 mois si le temps est frais. Les premiers signes d’infestation peuvent donc apparaître au plus tôt vers le 10 juillet, et au plus tard le 20 octobre. La chenille passe 2 à 3 jours à l’air libre, avant de rentrer dans le palmier.

La jeune chenille fore une jeune palme tendre et s’enfonce vers le cœur. La chenille se développe essentiellement durant l’automne et le printemps, en creusant une galerie qu’elle nettoie chaque nuit, en rejetant fibres et déjection à l’extérieur (c’est souvent à cela qu’on la repère).

En hiver, le développement s’interrompt et reprend au printemps. A la fin du printemps (juin), la chenille, très vorace, a atteint son stade final et se transforme en papillon, par métamorphose (la chenille se transforme en nymphe d’où émergera l’adulte, en début d’été).

coeur d'un palmier attaqué par Paysandisia, le papillon palmivore

Cœur d’un palmier attaqué par Paysandisia, le papillon palmivore. La sciure est visible sur la gauche. L’entrée de la galerie est visible sur la droite.

 

Symptômes de l’infestation d’un palmier par le papillon du palmier, Paysandisia

  1. Des palmes portent des trous réguliers, comme si la feuille avait été passée “à la mitrailleuse” (photo ci-dessous).
  2. Un amas de sciure grossière et collante est visible au cœur (photo ci-dessus).
  3. Une galerie peut être détectée en fouillant le cœur du palmier.
  4. La couronne de feuilles est plus étalée qu’à l’ordinaire, l’arbre perd de sa vigueur.
  5. Les jeunes palmes (la “lance”) se détachent et viennent lorsqu’on tire dessus.
  6. Des cocons et des nymphes (enveloppes de larves comme vidées) se trouvent sur le flanc du palmier ou à son pied.

 

Feuille portant la trace de Paysandisia, le papillon palmivore

Palme portant la trace de la présence d’une chenille dans le palmier qui l’a rongée lorsqu’elle était encore repliée.Cela correspond au stade 1 et 2.

 

Les stades 1 à 3 correspondent à une infestation en cours (ponte du papillon l’été précédent). Le palmier peut être guéri dans la plupart des cas, mais ne traînez pas ! Attention aussi à ne pas confondre ce ravageur avec d’autres symptômes.

Palmier attaqué par Paysandisia, le papillon palmivore

Chamaerops attaqué par le papillon palmivore au stade 6. Il n’y a plus de feuilles en formation, le tronc est perdu. Comme il s’agit d’un chamaerops, palmier formant des rejets, il repartira de la base.

 

Les stades 4 à 6 correspondent à un stade plus avancé (infestation remontant à 2 ans). Les chenilles se sont déjà transformées en papillon, sont parties ou ont pondu à nouveau sur le palmier. Sa survie est très peu probable, mais pas impossible.

Attention à ne pas confondre ne attaque de papillon avec d’autres ravageurs.

 

Quels sont les palmiers les plus sensibles au papillon palmivore ?

Les palmiers doum (Chamaerops) et les trachycarpus sont visés de façon prioritaire par le papillon du palmier. Il peut potentiellement attaquer tous les palmiers. Il goûte assez peu les Phoenix et autre palmiers peu fibreux. Il ne s’attaque que rarement aux washingtonias et aux sabals.

Sabal hybride de notre production, Sabal brazoria alias Sabal bermudana

Les sabals sont peu sensibles au papillon palmivore.

 

Qui doit craindre papillon palmivore ?

En expansion, ce ravageur s’étend actuellement dans la plaine du Roussillon, le Sud-Ouest, la vallée du Rhône. Il fait son apparition sur le littoral atlantique (Charentes). Il a ponctuellement été détecté ailleurs, sans y faire souche pour le moment (2020). La carte de l’inventaire national du patrimoine naturel pour ce papillon est régulièrement mise à jour. Attention toutefois : un département considéré comme exempt du papillon ne veut pas dire qu’il n’y a pas de risque !

 

À noter : le charançon du palmier (Rhyncophorus ferrugineus) ne remonte pas au nord de la Méditerranée (Narbonne)… pour le moment.

 

Comment guérir un palmier du papillon du palmier ?

Pour tuer la chenille du palmier facilement :

  1. Détectez l’ouverture de la galerie.
  2. Dégagez la zone en retirant la sciure. Aidez-vous d’un compresseur au besoin, qui facilite la tâche.
  3. Versez un insecticide biologique dans la galerie. Un pulvérisateur réglé en mode jet est plus pratique pour cela.
  4. Attendez 15 jours.
  5. Inspectez à nouveau.
  6. Renouvelez l’insecticide si de la sciure fraîche est visible.

 

Quel insecticide utiliser contre le papillon du palmier ?

Inutile de sortir la grosse artillerie : un insecticide biologique est le plus adapté. Choisissez un produit à base d’extrait de pyrèthre (extrait naturel de plante, vendu en jardinerie), de pyréthrine ou pyréthrinoïdes (ces deux derniers sont des molécules de synthèse, également vendus en jardinerie). Respectez bien les doses et conditions d’emploi. Et si vous êtes pris au dépourvu, un jus de tabac concentré peut servir d’insecticide. Une de nos clientes nous a aussi rapporté avoir employé avec succès un produit antimoustique, mais nous ne recommandons pas cette solution car ce n’est pas un emploi autorisé du produit…

Inpection du coeur d'un palmier attaque par Paysandisia, le papillon palmivore

Un palmier régulièrement nettoyé est plus facile à inspecter. Ici, c’est trop tard et le sujet est à arracher (l’infestation remonte à plus de deux ans !).

 

Qui peut traiter mon palmier contre le papillon palmivore ?

Nous recommandons fortement de faire appliquer tout traitement par un professionnel tel qu’un paysagiste (nous ne réalisons pas ce genre de prestation !). Il saura définir le stade de l’infestation et adopter la meilleure stratégie pour guérir le palmier, ou vous dira les choses si le palmier est perdu.

 

Les autres méthodes de lutte contre Paysandisia archon

Employez des nématodes (vendus en jardinerie) : uniquement si la chenille est visible ou juste après la ponte. Versez-en dans la galerie si vous arrivez à la détecter. Comptez une quarantaine d’euros pour une dose de nématodes (ce n’est pas donné). Attention : vérifiez que le nématode est bien Steinernema carpocapsae et non Steinernema feltiae. Autre précautuon in-dis-pen-sa-ble : le temps ne doit pas être ni trop sec, ni trop chaud (voiremballage du produit). Bien appliqué mais en action curative, ces nématodes ont une action positive dans la quasi totalité des cas.

Employez du Bacillus thuringiensis (bactérie tueuse de chenilles) : même cas de figure que les nématodes, mais moins cher. Comme les nématodes, Bacillus thuringiensis ne s’attaque aux chenilles et pas aux autres animaux (y compris les abeilles ou les animaux aquatiques).

Introduisez un fil de fer pour embrocher la chenille : dans le cas d’infestation précoces (la chenille est visible dans sa galerie). L’accès à la galerie peut nécessiter un nettoyage des restes de palmes sèches, mais cela en vaut la peine.

Il est aussi utile de jeter un coup d’œil au site de l’association Sauvons nos palmiers.

 

Quand sait-on que le palmier est guéri ?

Lorsqu’il forme de nouvelles palmes, que le cœur reprend sa croissance. C’est le seul et unique signe fiable de reprise du palmier.

Attention : un palmier qui fleurit n’est pas forcément guéri. c’est bien la formation de nouvelles palmes qui indique que le palmier est tiré d’affaire. Les nouvelles palmes qui se forment après un traitement peuvent être trouées si elles ont été attaquées lorsqu’elles étaient encore pliées, comme on l’a vu ci-dessus).

 

Comment protéger préventivement un palmier contre le papillon du palmier ?

Appliquez du Biopalm® chaque année (vendu ici – nous ne le commercialisons pas), avant la fin du mois de mai. (Pour acheter ce produit, c’est chez Prograrein). C’est le plus simple (voir plus loin).

Épandez des nématodes en cas de ponte du papillon (si vous l’avez vu se poser sur votre palmier). Attention, les nématodes employés dans ce cas requièrent ces conditions bien particulières (humidité et température).

Les méthodes improvisées (pulvérisation de Xylophène®, badigeon de gazole ou autre produit pétrolier, etc.) sont particulièrement néfastes pour la plante, l’environnement et le jardinier ! Elles sont aussi inefficaces.

Application du Biopalm

Ce produit se présente sous la forme d’une laque dont on enduit les jeunes palmes en formation (la lance) ainsi que la partie de stipe (le tronc) situé juste en dessous, sur 10 à 15 cm. Le site du fabricant fournit un tutoriel très complet sur l’application du biopalm.

Application de Biopalm® sur un palmier doum, Chamaerops, en prévention contre le papillon palmivore

Application de Biopalm® sur un palmier doum, Chamaerops, en prévention contre le papillon palmivore

 

Prenez les mesures prophylactiques :

Évitez de tailler un palmier en période de ponte (fin juin à fin septembre).

Maintenez votre palmier en bonne santé notamment en lui épargnant le stress hydrique (manque d’eau) en été, une plante fragilisée étant toujours plus vulnérable face à un ravageur. 100 % des pontes de Paysandisia ne donnent lieu qu’à la moitié au plus d’infestation. Cette différence s’explique par la bonne santé de la plante et un environnement riche en auxiliaires.

Nettoyez vos palmiers pour les inspecter plus facilement.

Informez votre voisinage. Il ne sert à rien d’intervenir sur vos palmiers si ceux des environs constituent des foyers d’infestation résultant de l’inaction de vos voisins.

Plantez des espèces peu infestées par le papillon comme les Sabal (ça tombe bien, on vous en propose !) et moins sensible encore, des Butia. Autre solution : planter des espèces non concernées par le papillon du palmier (yucca, Cycas, cordyline) pour limiter le nombre de palmiers à protéger, dans le cadre d’un projet de plantation.

 

Note importante : nous sommes producteurs et notre métier est de produire des plantes, pas de répondre à des questions concernant des plantes achetées ailleurs. Si vous avez une question concernant un palmier ou autre plante que vous acheté chez nous, nous nous ferons un plaisir d’y répondre, mais le mieux sera de nous la transmettre par mail, ce qui nous permet aussi de faire un diagnostic sur photos et de vous donner des conseils plus adaptés.

 

Cette fiche a été mise à jour en septembre 2020.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer