Comment tailler un palmier ? - Palmiers et Compagnie

Il y a plusieurs façons de tailler un palmier car le terme correspond en réalité à plusieurs activités. Nettoyage d’un palmier, élagage proprement dit ou maintenance d’un palmier, les gestes ne sont pas les mêmes. Suivez nos conseils d’expert !

La taille d’un palmier concerne surtout les vieilles palmes, ou celles qui gênent.
Quelle taille pour mon palmier ?

La taille d’un palmier correspond avant tout au nettoyage des vieilles palmes, les feuilles mortes si vous préférez. La meilleure saison pour tailler les palmes est en début de printemps, de mars à mai. D’autres époques sont possibles comme on va le voir. Pourquoi tailler un palmier de préférence au printemps ? Parce que de jeunes palmes se forment à ce moment-là et que les plus vieilles flétrissent. Les palmes vivent environ deux ans. Celles qui jaunissent sont donc celles apparues deux ans auparavant. Mais si vous avez envie de tailler votre palmier en dehors du printemps, pas de panique ! Cette opération peut se faire toute l’année. En hiver, elle peut toutefois exposer le bourgeon du palmier, c’est-à-dire la partie où se forment les nouvelles palmes. Le bourgeon est bien caché à la base des palmes. Il faut éviter de trop l’exposer.

Entretenir un palmier ? Rien de plus simple !
Comment bien tailler les palmes ?

L’idéal est d’employer un sécateur bien affûté, aux lames solides, car ce sont des parties coriaces qu’il va falloir couper. Parfois, une scie à fine lame (scie à guichet ou scie-sabre à batterie munie d’une lame coupant le métal, à petites dents) est ce qu’il y a de plus adapté. Munissez-vous aussi de gants et de vêtements à manches longues pour ne pas vous blesser. Esthétiquement, les palmes se coupent à une longueur différente selon l’espèce, pour des raisons purement esthétiques :

– le palmier-chanvre (Trachycarpus) se coupe le plus court possible

– le palmier doum (Chamaerops) se coupe à 5 cm environ

– le palmier des Canaries (Phoenix) se taille au ras du tronc.

Palmier-chanvre, phoenix, palmier-doum… tous ne se taillent pas exactement de la même façon.
Coupez, mais proprement !

Attention à bien couper les palmes. Un travail trop vite fait aboutit à des bases de feuilles qui sont mal coupées, ce qui est inesthétique, non seulement à cause des bavures mais surtout parce que la partie qui est restée en place va dépérir, et ce de façon très peu décorative ! Mieux vaut couper un peu plus long que nécessaire, pour aller vite, puis de recouper ensuite au bon niveau, ce coup-ci en peaufinant.

Un palmier mal taillé : ce n’est pas joli !
Peut-on nanifier un palmier ?

Rendre un palmier nain, c’est-à-dire forcer un palmier à rester petit, n’est pas possible. Autrement dit, il n’est hélas pas permis par la nature de faire un bonsaï de palmier ! A la pépinière Palmiers et Compagnie, nous avons réussi à nanifier des Chamaerops bleus en choisissant de jeunes plants, laissés longtemps dans un même pot et surtout, très peu arrosés. Mais il s’agit d’une performance car dès que l’on rempote un tel palmier, il reprend bien vite sa taille normale (et promis, ceux que l’on vous propose ne sont pas des bonsaïs !). On ne peut pas empêcher un palmier de pousser. On ne peut pas non plus limiter un palmier en hauteur. Comme il n’a qu’un bourgeon, il n’y a pas d’autre choix que de le laisser se développer.

Un palmier des Canaries : un géant, qui ne se nanifie pas !
Peut-on faire pousser un palmier moins vite ?

Si on ne peut pas bloquer un palmier, on peut en revanche le contraindre à pousser moins vite. Cela se fera d’une façon on ne peut plus simple, en fermant le robinet. Un palmier sans arrosage pousse beaucoup moins vite qu’un palmier arrosé. L’eau est un véritable engrais pour le palmier. En assoiffant un palmier, on limite fortement sa capacité à croître. Mais attention, c’est aussi le meilleur moyen de favoriser une maladie comme une attaque de papillon ou de charançon du palmier. La nature ne se laisse pas faire si facilement !