Palmier nain du Mexique – Chamaedorea radicalis

Palmier nain du Mexique – Chamaedorea radicalis

Le palmier nain du Mexique est vraiment différent et ressemble plus à une fougère. Idéal pour l’ombre et les patios. En savoir plus.

22.00

Poids 2.1 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

Chamaedorea radicalis est le palmier nain du Mexique. Il est souvent appelé tout simplement « palmier du Mexique », ce qui est trompeur car au Mexique, il y en beaucoup des palmiers !

Chez les palmiers, on trouve de tout et celui-ci est un peu à part. Notre souche de palmier nain du Mexique forme une tige qui ne dépassera guère 80 cm de haut à l’âge adulte, comme une sorte de bambou couronné de feuilles de fougères… Bref, un peu comme une fougère arborescente ! Il ne faut pas le confondre avec le palmier-bambou, au port différent, ni avec le Rhapis. Et bien sûr pas avec les fougères arborescentes.

Chamaedorea radicalis, un palmier aux airs de fougère…

Pendant des années, Chamaedorea radicalis aura davantage l’allure d’une plante vivace formant une rosette de belles feuilles vert foncé. Elles ont la forme d’une plume (on parle de feuilles pennées). Le pied ne rejette pas mais il arrive que nos sujets naissent avec un jumeau et le pot comporte alors 2 ou 3 tiges. Dans la nature, la plante peut même former une sorte de petit buisson lorsque le palmier nain du Mexique germe en groupe.

En été, il forme une hampe florale très droite, comme une canne à pêche portant comme des brins de mimosa. Les plants femelles forment une infrutescence (une fructification, si vous préférez) qui fait penser à un collier de perles de corail. Les plants mâles produisent quant à eu une inflorescence plus discrète. La sexualité des palmiers du genre Chamaedorea vous passionne, alors cet article scientifique est fait pour vous.

Il est pour l’ombre, ce palmier nain du Mexique !

Ce palmier craint le soleil et réclame le couvert d’une végétation plus haute que lui pour bien pousser. Il peut alors rester en place pendant des années, sans soins. Là où il se plaît, il se ressème, sans envahir. Enfin, du côté de la résistance au froid c’est une espèce intéressante, puisque Chamaedorea radicalis  résiste jusqu’à -10°C. Le feuillage tient jusqu’à -6°C. Certains clients nous ont rapporté des températures plus basses mais nous sommes plutôt du genre prudent, même si nous avons vu des plantules oubliées dehors s’en sortir sans dommage à -9°C, en pleine terre et sous couvert. Les feuilles grillent en dessous de ces températures mais repartent dès le printemps venu, si la souche est assez épaisse (début de rhizome).

Attention : en pot ou en situation exposée, la résistance au froid du palmier bambou du Mexique sera bien moindre !

Bref, pour des jardins de patio en ville, en dehors des régions à hiver doux, ce palmier constitue une espèce de choix. Pour une véranda, un hall peu éclairé et mal chauffé, il est tout simplement parfait… Découvrez-en plus sur les palmiers de ce genre en lisant l’article qui leur est consacré.

Et en intérieur, le palmier nain du Mexique va bien

La culture en appartement de ce palmier est tout à fait possible. Il lui faut un intérieur sans soleil direct (en général, ce n’est pas compliqué, c’est toujours la lumière qui manque le plus aux plantes en intérieur). Côté températures, il aimera un intérieur pas trop chauffé, surtout si l’air est sec. Si vous avez une salle de bain avec un petit vasistas, alors vous avez trouvé la plante à y mettre.

Chamaedorea radicalis ou Chamaedorea microspadix ?

Pour le malheur du palmier nain du Mexique, celui-ci est souvent confondu avec d’autres espèces, en particulier le palmier-bambou, Chamaedorea microspadix, voire d’autres chamaedoreas, et même dans des sources devant servir à des recherches. Pour les botanistes, on repèrera facilement Chamaedorea radicalis aux caractères suivants :

  • folioles de longueur nettement supérieure à six fois leur largeur maximale (souvent moins de 5 pour Chamaedorea microspadix) ;
  • base des folioles plissée au contact de l’axe de la feuille (le rachis), le pli se terminant en nervure saillante (presque pas de pli chez C. microspadix et feuilles très plate, mince) ;
  • tige courte, irrégulière, portant des ébauches de racines (elle est lisse, d’un diamètre constant et ne portant pas d’ébauche de racines chez C. microspadix, sauf au contact du sol) ;
  • fruit rouge orangé à maturité, portés sur des axes parallèles (ils sont orange chez C. microspadix mais les axes sont plus écartés « en main ouverte », et les fruits sont noirs chez d’autres espèces du genre).

 

bandeau_separateur

Comment cultiver Chamaedorea radicalis, le palmier nain du Mexique

Taille adulte : 1,40 m (avec stipe de 80 cm)

Exposition : ombre ou mi-ombre

Sol : humifère, avec toujours un peu de fraîcheur, mais pas détrempé.

Plantation : mars à septembre, toute l’année en pot (à protéger du gel dans ce cas)

Adore… : la tranquillité. Malgré sa petite taille et son port herbacé durant de longues années, c’est un palmier lent qui n’aime pas être dérangé.

Déteste… : Le plein soleil, qui le brûle à coup sûr en quelques heures, surtout en été.

Le truc pour le réussir  : Garnissez le pied de feuilles mortes à décomposition rapide, qui le nourriront et le protègeront du même coup. et accompagnez-le de plantes de sous-bois !

Espacement : 1,2 m.

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer