Cycas revoluta – sagoutier du Japon

Cycas revoluta, le sagoutier du Japon, ressemble à une fougère mais se cultive comme un palmier et résiste au froid. Un dur à cuire !En savoir plus.

Intérêt :

feuillage graphique,feuillage persistant,look insolite

Taille de la plante expédiée :

plants de 3 ans en pot de 1,5 l

Type de plante :

arbuste à feuilles persistantes

9.00

En stock

Cycas revoluta est un classique parmi les classiques. Cette plante à l’allure de palmier et de fougère arbustive est largement sous-estimée !

Cycas revoluta, pour le jardin comme pour la maison

Commençons d’abord par tordre le cou à une idée reçue : Cycas revoluta est bien résistant au froid ! Nous avons vu des sujets tenir à -14°C en plein vent et sans protection. A ce prix, la plante perd ses feuilles et forme une nouvelle couronne dans l’année. Le midi toulousain voit ainsi se multiplier les plantations de cycas en pleine terre ces dernières années, preuve que la timidité des jardiniers s’atténue.

En pot, il faudra toutefois garder Cycas revoluta à l’abri des forts gels (en dessous de -5°C). Les racines ne sont pas les plus résistantes au froid. Cultivé comme plante d’intérieur, Cycas revoluta préfère des situations fraîches, où la température ne dépasse pas 15°C en hiver. Les couloirs mal chauffés, les vérandas glaciales, les halls frais, c’est pour lui.

Une croissance pas si lente pour Cycas revoluta

Le sagoutier du Japon est asse lent au début et c’est d’ailleurs pour cela que la plante est plus chère que certains palmiers. Mais passé un certain stade (au bout de 5 à 10 ans), il peut se développer rapidement. En pleine terre, il est même impressionnant -tout est relatif- en s’accroissant de 5 à 10 cm par an. Contrairement à ce que dit la légende, sa floraison ne se produit pas que sous les tropiques. Une partie des plants que nous vous proposons sont issus de graines formées dans les Pyrénées Orientales. Du sagoutier 100 % made in Occitanie !

Comment cultiver Cycas guizhouensis, le cycas du Guizhou

Taille adulte
2 m au bout de plusieurs dizaines d’années, avec des rejets au pied.

Exposition
Mi-ombre dans l’idéal. Supporte l’ombre mais y pousse peu. Doit être acclimaté progressivement au plein soleil, surtout lorsqu’on le cultive en pot. Supporte la pleine lumière de l’été si le sol est frais.

Sol
riche en humus mais bien drainante. En pot comme ne pleine terre, il aime un apport d’écorces compostées.

Plantation
Avril à août pour une plantation en pleine terre, toute l’année en pot.

Adore…
Les rempotages fréquents lorsqu’on le cultive en pot. Il pousse alors deux fois plus vite, avec un beau feuillage. En pleine terre, ce sont les arrosages fréquents en été qu’il préfère.

Déteste…
Les cochenilles farineuses, qui peuvent le coloniser lorsqu’il est cultivé en intérieur ou sous abri (ces bêtes ont beau être blanches, les cochenilles sont nos bêtes noires). N’aime pas non plus la sécheresse prolongée, en pot.

Le truc pour le réussir
Dans tous les cas, arrangez-vous pour que la terre qui l’accueillera sera enrichie avec de la pouzzolane, de la brique pilée ou autre matériau poreux. Arrosez-le régulièrement durant la belle saison. Une plante couvre-sol est un plus. Et surtout, abstenez-vous de retirer  les nodosités qui se forment au pied de la plante et qui lui servent à fixer l’azote de l’air.

Espacement
1,5 m.