Récolter des figues de Barbarie n’a rien de compliqué, en pleine terre comme en pot. Mais comment bien faire pousser le figuier de Barbarie, quelle est sa résistance au froid et surtout, quelles sont les meilleures variétés de figuier de Barbarie (et leur résistance au froid) ? On vous dit tout ici !

 

Figue de Barbarie, Opuntia ficus indica

Fruits de la figue de Barbarie, Opuntia ficus indica. Variété à fruits jaunes, cultivée notamment en Italie.

 

Le figuier de Barbarie, l’arbre du changement climatique

Opuntia ficus-indica est une merveille : il ne demande pas d’arrosage, ses jeunes raquettes sont comestibles comme un légume et ses fruits ont peu d’ennemis. Ce cactus peut servir de plante fourragère, il sert à lutter contre l’érosion, demande peu d’entretien. Il est en total accord avec la permaculture. Même si le figuier de Barbarie devient parfois envahissant, il se contrôle efficacement. C’est une des plantes qui a un grand avenir devant elle avec le changement climatique.

 

Résistance au froid du figuier de Barbarie

Opuntia ficus-indica est plus résistant au froid qu’on ne le croit souvent. La plante est endommagée lorsque les températures descendent en dessous de -5°C : les plus jeunes raquettes sont grillées. Lorsque la température descend encore en dessous (-5°C à -8°C), la plante est rabattue jusqu’à la souche. Il faut une gelée inférieure à -10°C pour tuer un Opuntia ficus-indica qui avait formé une souche épaisse. Au sec et selon les variétés, une souche peut repartir du sol même après un épisode à -15°C. Nous l’avons constaté à la pépinière sur un sujet dont la base formait un tronc de 30 cm de diamètre et qui ne craint plus les gelées jusqu’à -10°C. Attention toutefois : après un fort gel, il faut plusieurs années avant que le figuier de Barbarie qui a gelé se remette à fleurir et donc à fructifier.

 

Repousse d'Opuntia ficus-indica à partir de la souche

Repousse d’Opuntia ficus-indica à partir de la souche

 

Comment faire fructifier le figuier de Barbarie

Opuntia ficus-indica est une espèce de grand cactus; Une raquette seule ne donnera pas de fruit et il faut attendre que le pied ait au moins 2 à 3 ans avant de fructifier. En pot, la fructification est tout à fait possible. La plante doit être vigoureuse et il faut l’arroser régulièrement si elle est en pot. Un figuier de Barbarie qui manque de soleil ne fleurira pas (et de toute façon, il sera mal en point). La plante est autofertile mais nous avons remarqué que la production de figues de Barbarie est divisée par 5 lorsqu’il n’y a pas d’autre Opuntia fleurissant à proximité. Pour récolter beaucoup de figues de Barbarie, pensez à planter des Opuntia (comme l’oponce du Texas) dans les environs.

 

La figue de Barbarie, c’est du sérieux

Nous accordons beaucoup d’importance à la qualité fruitière des souches de figuier de Barbarie car on n’achète pas un pommier sans se soucier de la variété. Les figuiers de Barbarie ont peu de diversité (il semble qu’il n’y ait pas plus d’une douzaine de variétés, avec toutefois beaucoup de petites variantes).

 

Épines ou pas d’épines ?

En bon cactus, le figuier de Barbarie a des épines, dans la forme que l’on devait trouver dans la nature. Certaines variétés d’Opuntia ficus-indica ont des épines (Opuntia ficus-indica var. megacantha, parfois considéré comme une espèce à part, Opuntia megacantha). Leurs fruits sont bien sûr comestibles mais de récolte moins confortable. C’est pour cela que l’on cultive surtout des figuiers de Barbarie sans épines. Cela ne date pas d’hier : on estime que la domestication de ces formes remonte à 8 000 ans en arrière.

Le scénario le plus probable est que la forme épineuse est proche de la souche sauvage et que les figuiers de Barbarie d’aujourd’hui en sont dérivés (il faut se méfier, ce n’est pas toujours le scénario le plus évident qui s’avère être le bon). Il arrive, rarement, qu’une forme inerme donne une raquette épineuse, qu’il n’est pas conseillé de garder bien sûr. Nous avons remarqué que les figuiers de Barbarie épineux sont très nettement moins vigoureux que les variétés inermes. Il existe aussi des formes peu épineuses (Opuntia ficus-indica var. anacantha, alias Opuntia anacantha), plutôt fourragères.

 

Diversité des variétés de figuier de Barbarie

Il existe plusieurs types de figues de Barbarie en fonction de leur couleur (verte, blanche, orange, rouge ou jaune) et de leur forme (arrondie ou allongée). Certaines variétés ont une couleur de peau qui n’est pas celle de leur chair. Le calibre des fruits est aussi variable, puisqu’on peut aller jusqu’à 200 g et même plus, même si la plupart des fruits que l’on récolte chez nous font aux alentours de 80-100 g.

 

Figuier de Barbarie, Opuntia ficus indica, variété à petits fruits rouges

Figuier de Barbarie, Opuntia ficus indica, variété à petits fruits rouges

 

 

L’insecte qui faisait de la botanique

Dactylopius coccus, la cochenille du figuier de Barbarie, fournit le carmin (colorant E120, qui n’est pas un colorant vegan, donc !). Cet insecte, qui est une vraie plaie là où il prolifère, n’aime que le figuier de barbarie et les cactus très proches. Si cette cochenille n’y vient pas, ce n’est pas de la figue de Barbarie !

 

 

 

Méfiez-vous des imitations de figuier de Barbarie !

Tout ce qui est fruit de cactus n’est pas figuier de Barbarie. Certains cactus comme l’opuntia robuste (Opuntia robusta et formes dérivées) font des gros fruits, violets, mais assez médiocres. Les cactus les plus rustiques comme l’oponce du Texas, l’oponce inerme et d’autres font beaucoup de fruits. Ils sont souvent petits, brillants, et leur saveur va du “sans intérêt” au “carrément dégueulasse” (nous n’avons pas d’autre qualificatif plus adapté). C’est pour cela que nous sommes très attentifs à ce que nous proposons à nos clients sous le nom de figuier de Barbarie.

 

Portrait d'Opuntia stricta en fruits

Opuntia stricta fait des fruits magnifiques mais qui sont peu savoureux.

 

Hybrides de figuiers de Barbarie

Si tout cela n’était pas assez simple, il existe des hybrides d’Opuntia ficus-indica avec d’autres cactus. Ces hybrides, curieusement, se rencontrent en Europe, où la promiscuité encourage l’apparition d’un métissage. Une souche sans épine d’Opuntia ficus-indica a notamment formé des hybrides avec Opuntia robusta, dans les environs de Valence en Espagne. L’Horta Nova en est l’un des plus notables et a été décrit formellement en 1988. Ces hybrides, dont nous avons quelques souches en culture, ne semblent pas avoir d’intérêt sur le plan gustatif. Trop lents à produire, leurs fruits sont épineux et de plus petit calibre, et peu savoureux. Ce sont toutefois des plantes décoratives et que nous proposerons bientôt sur notre boutique.

 

Fruits d'Opuntia robusta, un cactus à gros fruits

Fruits d’Opuntia robusta, un cactus à gros fruits. Ce n’est pas un figuier de Barbarie car ces fruits n’ont pas d’intérêt gustatif.

Les figues de Barbarie, côté cuisine

 

Récolte des figues de Barbarie

Les fruits d’Opuntia ficus-indica sont bon à récolter à partir de la fin août au plus tôt, souvent mi-septembre. Les fruits doivent être cueillis sur la plante car si vous attendez qu’ils tombent à terre, ils seront trop mûrs. Une pince à cornichons (ou autre pince en bois de préférence) et un couteau sont les meilleurs outils. Ne basculez pas le fruit pour en casser la base car vous risquez de créer des lésions sur les raquettes, lésions qui se transformeront en nécrose l’hiver venu. Les épines ne sont présentes que sur la peau du fruit et pas à l’intérieur. Elles sont petites et assez cassantes, raison pour laquelle le fruit ne doit pas être manipulé à mains nues, mais avec des pinces.

 

Comment éplucher une figue de Barbarie ?

  1. Mettez le fruit à plat.
  2. Maintenez-le avec une cuillère en bois.
  3. Avec un couteau, coupez les extrémités (1 cm environ).
  4. Remettez le fruit debout.
  5. Pelez les côtés en maintenant le fruit debout.
  6. Le fruit est pelé, il n’y a plus d’épines !

 

Figue de Barbarie après épluchage

Comment peler une figue de Barbarie : couper les extrémités puis retirer la partie périphérique avec ses épines.

 

Vous pouvez aussi tenir la chair avec une fourchette et peler avec un couteau à lame fine : cette technique est plus adaptée aux petits fruits.

 

Comment manger les figues de Barbarie ?

C’est en salade de fruit ou en gelée que la figue de Barbarie donne le meilleur d’elle-même. Pour les plus cuisiniers, on peut aussi en faire des smoothies ou des cocktails, ainsi que des sorbets, en employant la partie de la chair qui n’a pas de graines. De même, on peut en faire du cuir de fruit, des pâtes de fruits, des sirops et coulis, etc. L’intense couleur du jus des fruits, qui tient à la cuisson, en fait en outre un excellent colorant pour les préparations culinaires.

Margarita préparée avec du jus d'Opuntia ficus indica.

Margarita préparée avec du jus d’Opuntia ficus indica.

 

 

Recette de la gelée de figue de Barbarie

 

Ingrédients :

1 kg de figues de Barbarie pelées

500 g de sucre

Jus d’un demi-citron

2 g d’agar-agar (sauf si sucre gélifiant)

 

Préparation :

  1. Coupez les figues de Barbarie en 4.
  2. Couvrez-les de moitié dans une casserole.
  3. Portez à ébullition et ajoutez le sucre. Mélangez.
  4. Réduisez le feu et remuez régulièrement pendant 20 minutes.
  5. Passez à travers une passoire fine (chinois).
  6. Ajoutez l’agar-agar et le jus de citron. Réchauffez.
  7. Remuez pendant 10 minutes, à petits bouillons.
  8. Mettez en pot.

 

Une pomme coupée en petits morceaux peut compléter la recette, comme des grains de vanille voire (à notre avis), quelques framboises, qui ne gâtent rien.

Bière Shiner, au jus d'Opuntia ficus indica

Bière Shiner, boisson texane au jus d’Opuntia ficus indica. Hé oui, au Texas, on en fait même une bière !

 

Le nopal, la figue de Barbarie côté salé

Les jeunes raquettes d’Opuntia ficus-indica se consomment lorsqu’elles sont encore souples, dépourvues d’épines dures. On brosse les raquettes avec le dos d’un couteau pour les débarrasser des jeunes épines et de ces petites cornes vertes qui sont en fait les véritables feuilles (éphémères) du cactus, du point de vue botanique. Ces raquettes prennent alors e nom de nopal et sont consommées poêlées, coupées en tranches larges de 5 mm environ. Le tout a la texture et le goût des haricots verts, mais il faut assaisonner et la couleur verte tourne au gris-vert, d’où l’intérêt de la sauce.

 

Pour en savoir plus sur les incroyables bénéfices du figuier de Barbarie, les passionnés peuvent se référer à un ouvrage collectif, à la fois gratuit et d’excellente qualité : Écologie, culture et utilisations du figuier de Barbarie, publié en 2018 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). Une véritable mine d’infos !

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer