Persicaria nepalensis – renouée du Népal

Persicaria nepalensis – renouée du Népal

Garnissez de grands espaces avec la renouée du Népal, Persicaria nepalensis. Une vivace à toute épreuve pour terrains frais. Et jardiniers paresseux. En savoir plus.

8.00

Poids 2.00 kg
Résistance au froid

Intérêt

, ,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

La renouée du Népal, Persicaria nepalensis, est une plante couvre-sol prolifique et colorée. Pour combattre les orties, c’est votre alliée !

Une coriace, la renouée du Népal

Tôt au printemps, Persicaria nepalensis sort rapidement de terre, avec un feuillage rouge brique portant une jolie macule pourpre entourée d’argent, comme chez d’autres renouées. Rapidement, la plante monte et ses tiges se ramifient, pour former un épais tapis atteignant 50 cm de hauteur. Persicaria nepalensis est entièrement caduque, si bien qu’en hiver, elle laisse la terre  nue si vous ne la mariez pas avec une plante à végétation hivernale comme l’arum maculé.

Laissez de la place à la renouée du Népal

Persicaria nepalensis est une renouée traçante, qui peut s’étaler sur 2 m de large et même davantage. Ne l’installez pas dans un massif de petites plantes comme nous, lorsque nous ne la connaissions pas encore ! Mettez-la plutôt au pied d’un arbuste à feuilles caduques, en terrain frais ou humide. Là, la plante garnit le pied, empêche les orties et autres indésirables de gagner du terrain, à la façon de la consoude de Turquie. A l’ombre dense, la renouée du Népal régresse car c’est une plante typique de lisière et de fossés.

La persicaire  du Népal, une simple mal nommée

« Mal nommer un objet, c’est ajouter aux malheurs de ce monde » disait Albert Camus. Et pour la renouée du Népal, c’est effectivement un vrai malheur. Car la plante est affublée de noms fantaisistes, mal recopiés ou erronés, si bien que la renouée du Népal est rarement offerte. Persicaria alata, Persicaria chinensis, Persicaria thunbergii, Persicaria microcephala, etc. sont autant de noms erronés. Seul le nom de Persicaria ‘Langthorn’s Variety’ pourrait être retenu, car la souche à feuilles pourpres est beaucoup plus colorée que la forme sauvage, très verte. Comme souvent, les plantes dont on maîtrise mal le nom voient leur diffusion très restreinte. Et avec Persicaria nepalensis, on se prive d’une plante vivace bien pratique.

 

bandeau_separateur

Comment cultiver Persicaria nepalensis, la renouée du Népal

Taille adulte :  40 à 60 cm de haut, selon le sol et l’exposition. S’étend à plus d’un mètre de distance en 2 à 3 ans.

Exposition : mi-ombre dans l’idéal. Supporte le plein soleil en terrain humide.

Sol : frais, voire humide ou détrempé.

Plantation : toute l’année.

Adore… Les terres mal drainées, les coins où l’eau peut s’accumuler pendant des jours après la pluie, les fuites de gouttière. Mettez-la dans un fossé plutôt que sur un talus aride !

Déteste… La concurrence des arbustes à feuilles persistantes, sous lesquels elle ne s’aventure pas.

Le truc pour le réussir : Une fois que vous avez trouvé un bon emplacement, la plante ne demande pas d’entretien. Tout repose sur le bon choix concernant l’endroit où planter la renouée du Népal !

Espacement : 50 cm.