Muehlenbeckia hastulata – Quilo

Couvrez l’inesthétique avec le quilo, Muehlenbeckia hastulata, une liane de forte croissance aux jolies feuilles en forme de lance. Rustique et facile à tailler. En savoir plus.

Intérêt :

croissance rapide

Taille de la plante expédiée :

plant de 50 cm et plus

Type de plante :

plante grimpante

14.00

En stock

Muehlenbeckia hastulata, le quilo, est une liane fort vigoureuse originaire du Chili. C’est une force de la nature !

Muehlenbeckia hastulata, une muehlenbeckie à grosses feuilles

Dans nos jardins, on croise parfois des Muehlenbeckia à petites feuilles, surtout en région côtière. Ce sont des grimpantes foisonnantes, difficile à contenir car n’ayant pas vraiment de forme et partant en tous sens. Muehlenbeckia hastulata est différente car il s’agit d’une vraie liane, et non pas d’une plante à petites tiges. Ses feuilles ont une forme de hallebarde, d’où son nom de hastulata, “hastée” c’est-à-dire en forme de pointe de lance romaine (la hasta). Rassurez-vous, cette pointe-là ne pique nullement. En hiver, elles disparaissent et la liane est caduque jusqu’à la fin du mois de mars, autre différence d’avec les muehlenbeckie habituelles. En cela, elle ressemble un peu à la renouée du Turkestan, avec laquelle on pourrait la confondre à première vue.

Voyez grand avec Muehlenbeckia hastulata

Muehlenbeckia hastulata est une liane de fort développement, pouvant atteindre jusqu’à 6/7 m. Pour couvrir -et même faire disparaître- une structure, elle est parfaite. Elle s’enroule seul autour d’un support mais ne peut s’accrocher seule sur un mur. C’est donc une plante pour treillages, grilles et structures diverses. Elle atteint 2 m en 3 ans après la plantation, parfois plus après en sol pauvre. Car cette plante vigoureuse une fois établie est un peu lente au début. Elle n’en cache que mieux son jeu car elle est ensuite très vigoureuse et supporte une taille sans discernement là où on ne veut pas la voir aller, pour concentrer sa croissance dans les endroits à couvrir. Elle reste bien garnie du pied, ce qui n’est pas si courant chez es lianes, où la croissance en hauteur s’accompagne souvent d’un déshabillage du pied pas toujours souhaitable. La souche, étonnamment, est peu enracinée et ne forme pas de pivot profond.

Des fleurs insignifiantes… comme beaucoup de renouées

Muehlenbeckia hastulata se compromet parfois dans une floraison, si discrète et passable qu’on la croirait volontiers revêche à s’éloigner de sa tâche qui est de couvrir une structure de feuilles. Il faut de bons yeux pour voir que Muehlenbeckia hastulata se montre au monde avec les parements de l’amour : de minuscules fleurs vertes en épis au bout des tiges, sans parfum et avec parcimonie. On se demande bien qui unit ces plantes, du vent ou de minuscules insectes. De toute façon, nous ne l’avons jamais vu faire de graines ou se ressemer. S’il fallait lui trouver un défaut, c’est sa propension à former des tiges courant sur le sol, qu’il faut couper afin de favoriser la croissance en hauteur. Dans la nature, cette stratégie sert à la plante à conquérir le tronc des arbres aux alentours, histoire de s’étendre un peu. Le quilo partage cette caractéristique avec Polygonum multiflorum, avec qui elle ferait d’ailleurs un très beau mariage. Platonique, car les deux ne peuvent s’hybrider.

Résistance au froid de Muehlenbeckia hastulata

La plante résiste très bien au froid, à -12°C au moins. On la dit résistante jusqu’à -20°C, mais -16°C semblent assurés.

Comment cultiver le quilo, Muehlenbeckia hastulata

Taille adulte
5 m et plus, en largeur comme en hauteur, selon la façon dont vous guiderez les tiges.

Exposition
Ombre, mi-ombre ou soleil : c’est vous qui choisissez. Mai la mi-ombre est l’exposition la plus adaptée.

Sol
Plutôt frais, supporte bien le calcaire. Ce qui n’est pas courant du tout pour une plante chilienne !!!

Plantation
Toute l’année, mais mieux de mars à septembre.

Adore…
Les ambiances de lisière, avec une forte litière de matière organique. Une fois installée, la plante est sobre et se débrouille.

Déteste…
La culture en pot, qui lui convient aussi bien qu’un ours se plaît dans un cirque (#liberezles).

Le truc pour le réussir
Décompactez la terre n profondeur et amendez avec un seau de compost (il faut ce qu’il faut). Posez un tuteur dès le départ et arrosez régulièrement durant les premières semaines. Soyez patient car la plante ne démarre pas en trombe, ce qui est normal.

Espacement
5 m

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer