Figue de Barbarie ‘Orange’

Figue de Barbarie ‘Orange’

Mettez de l’orange dans l’assiette avec la figue de Barbarie ‘Orange’, une variété d’Opuntia ficus-indica à fruits orange. Productive.

14.00

Poids 3 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

Rupture de stock

Prévenez-moi lorsque cette plante sera à nouveau disponible !

Rupture de stock

La figue de Barbarie à fruits orange, que nous avons appelée ‘Orange », est une variété d’Opuntia ficus-indica particulièrement méritante.

‘Orange’, un figuier de Barbarie sans épine

Les raquettes de cette variété ne sont vraiment pas très piquantes. Cette variété est en effet dépourvue d’épines mais comme toute figue de Barbarie, il y a quand même des poils (glochides) dont il faut se méfier. Les raquettes sont plus arrondies et moins allongées que notre souche à fruits rouges. La ramification est plus dense, la plante est plus trapue. Les jeunes raquettes sont bien sûr comestibles, lorsqu’elles ont encore tendres (on peut les tordre sans les casser), coupées en lamelles et cuisinées comme des haricots verts, par exemple.

La figue de Barbarie ‘Orange’, à gros fruits

L’intérêt principal de cette variété est bien sûr sa fructification. C’est une variété florifère et donc productive. Le fruit, mesurant environ 9 cm de long, atteint raisonnablement 120 à 140 g. Une raquette sur un pied mature peut porter jusqu’à 1 kg de fruits, ce qui fait vite une production abondante vu le nombre de raquettes que peut produire la plante. La saveur est la même que les autres figues de Barbarie, douce, sucrée, peu marquée mais évoquant le melon et la poire. La chair, orange intense, est riche en betaxanthine… et en pépins. Notons que la betaxanthine est un pigment jaune-orangé, bien différent des carotènes, et bien moins connu. Il aurait des effets antioxydants ce qui a amené à l’envisager comme complément alimentaire. Mais comme ce pigment n’est pas stable sur le long terme, cela n’a pu se faire. D’où l’intérêt de récolter ses fruits pour se faire ses propres jus, confitures, sirops et autres préparations !

Résistance au froid de la figue de Barbarie ‘Orange’

Nous avons testé cette souche en plein air et sans protection depuis maintenant plus de 5 ans. Elle a résisté à des pointes à -8/-9°C, mais pas sans dégâts. Les raquettes sont abîmées dès -5°C et la plante repart de souche à partir de -6/-7°C (sans protection). En situation à risque, il faudra donc envisager une protection adaptée (voile, tente d’hivernage, etc.). Car les fleurs, et donc les fruits, ne se forment qu’au bout de raquettes issues de ramifications âgées de 2 à 3 ans. Ce qui veut dire que si la plante repart de souche trop souvent, vous n’en verrez pas beaucoup les fruits. Avec le temps, la plante forme un tronc épais pouvant atteindre 30 cm de diamètre.

Notre souche provient d’une collection niçoise où elle n’a jamais démérité. Elle est d’ailleurs assez populaire localement.

Cultiver la figue de Barbarie ‘Orange’ en pot

Même si c’est facile, puisqu’il suffit de laisser la plante en plein soleil en hiver dans un coin où il ne gèle pas (en intérieur, en véranda, en serre tenue hors gel, etc.), cette variété produira assez peu de fruits. Méfiez-vous de la sobriété des figuiers de Barbarie, qui n’est qu’apparente : ces plantes aiment l’eau et les sols riches (ou les apports d’engrais) durant l’été, de juin à septembre.

 

 

bandeau_separateur

Comment cultiver le figuier de Barbarie ‘Orange’

Taille adulte : environ 2,5 m, s’étale en largeur..

Exposition : plein soleil, sans compromission possible. En intérieur : collez la plante à la vitre, plein sud.

Sol : comme pour toute cactée, plutôt riche mais qui laisse bien filtrer l’eau. Un mélange compost/terreau/sable avec engrais à libération lente donne généralement un cocktail.

Plantation : mai à août pour une installation en pleine terre. Possible toute l’année pour une culture en pot.

Adore… les intempéries en été, qui limitent les cochenilles et autres inconvénients typiques des cactées.

Déteste… les petits pots. La plante s’y ennuie, pousse peu et ne risque pas d’y fleurir. Cultivée en pot, la plante doit être fertilisée régulièrement, ou rempotée tous les deux ans (vous vous en lasserez vite).

Le truc pour le réussir : en pleine terre, placez-le à l’abri d’un mur abrité des vents du nord. Bref, mettez-le au pied de ce mur qui prend des allures de four solaire en été. Protégez dès que le gel descend en dessous de -3°C, autant pour éviter que la plante ne subisse de gros dégâts que pour limiter le risque de taches hivernales sur la plante. Et souvenez-vous : pour lui, Noël au balcon, Pâques au compost !

Espacement : 2,5 m

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer