Aloe thompsoniae

Aloe thompsoniae

Profitez d’un des aloe les plus petits et les plus mignons avec Aloe thompsoniae, adorable. Sans doute plus rustique que prévu. Une Série Très Très Limitée.

15.00

Poids 1.5 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

Aloe thompsoniae est un petit aloe nain, pour amateurs de plantes mignonnes, faciles et rares. Peu commun en collection, mais plaisant, de notre Série Très Très Limitée, car multiplié en toutes petites quantités (quelques pieds).

Aloe thompsoniae, un nain venu des montagnes

Difficile de trouver plus petit aloe dans la flore sud-africaine. Cette espèce est vraiment naine puisque la plante ne dépasse pas 8 cm en feuilles (elle ne forme pas de tige mais un rhizome, souterrain donc). En fleurs, les épis montent à 20 cm. Les feuilles sont courbées, pas très larges. (Un certain nombre de portraits attribués à cette plante sur le net sont d’ailleurs erronés). Elles sont d’un vert clair tirant un peu sur le vert olive.

Ce petit aloe est parfois surnommé, en Afrique du Sud, aloé des falaises de Wolkberg. Ce secteur, qui culmine à plus de 2 000 m d’altitude, est partie prenante du nord du Drakensberg, un massif montagneux connu pour les nombreuses plantes exotiques et rustiques qu’il a offert à nos jardins, à commencer par un certain nombre de kniphofias. Plus exactement, cet aloe est naturellement rare et confiné à la province du Limpopo, où il habite une zone de mi-altitude, vers 1500 m. C’est d’ailleurs cet habitat montagneux qui lui a sauvé la peau sur place. En effet, les falaises et sommets ne pouvant être transformés en pâturages et forêts de plantations, Aloe thompsoniae a vu son habitat naturel à peu près préservé.

L’origine montagnarde d’Aloe thompsoniae est évidemment un autre paramètre qui, pour les jardiniers férus d’acclimatation, est intéressant. Car nous soupçonnons que cet aloe nain soit bien plus résistant au froid qu’on ne le pense. On n’ira pas jusqu’à prétendre qu’il est aussi rustique que l’aloe hérissé ou Aloe striatula, mais il doit tenir au moins à -5/6°C. Toujours excellemment drainé au pied bien sûr vu son habitat d’origine. Nous le trouvons toutefois assez résistant à l’humidité hivernale, pour le tester en pleine terre depuis 2-3 ans. Seul souci : les escargots, qui ne le détestent pas.

Aloe thompsonii, l’aloe parfait pour l’intérieur

Évidemment, comme cette plante ne prend pas de place, c’est une bonne occasion pour garnir un pot. On pourra, par exemple, s’en servir de couvre-sol au pied de plantes plus grandes (mais aux même exigences). C’est un aloe facile à cultiver en pot, pas rapide à pousser. Cette relative lenteur explique sans doute en partie sa rareté en culture (nous ne pouvons diviser un pied que tous les 3 ans…). Il fleurit facilement, en octobre-novembre.

Note botanique : la plante est dédiée à Mrs Edith Awdry Thompson, ce dont on se fiche un peu. Cela a donné lieu à tout un travail de recherche pour déterminer à qui était dédiée cette espèce. Vous allez dire qu’on s’en fiche encore plus. Mais à travers cet article, on apprend surtout des choses sur les affinités botaniques d’Aloe thompsoniae, pour les mordus d’aloe (pas trop quand même, c’est amer). Son nom est parfois écorché en Aloe thompsonii.

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer