« Paysagisme sec » : c’est ainsi qu’on pourrait décrire le xeriscaping, cette façon de concevoir les jardins et les massifs en se passant d’arrosage. Car nos étés deviennent secs, de plus en plus secs. La quantité d’eau qui nous tombe dessus reste la même, mais les dernières études montrent que cette eau se concentre entre le milieu de l’automne et la fin de l’hiver. Jadis, les printemps étaient pluvieux et les étés voyaient passer des orages bienvenus. Aujourd’hui, certaines régions réputées pour leur humidité se retrouvent en état de sécheresse dès le mois de mars. Et les périodes de canicules commencent dès juin, et démarreront dès le mois de mai à en croire un dossier publié par Météo France. Les créations paysagères, que ce soit dans les jardins privés ou dans les espaces publics, vont devoir intégrer ce changement climatique. Un sujet auquel nous sommes sensibles depuis longtemps.

scene de paysagisme sans arrosage

Le paysagisme sec fait la part belle aux plantes succulentes, mais pas seulement !

Le xeriscaping, Un défi ou une opportunité ?

Habitués, gavés même, à l’iconographie des jardins anglo-normands, nous avons du mal à imaginer un jardin où la pelouse n’est pas parfaitement verte en été et où les plantes se mettent en repos lorsqu’il fait chaud. On s’imagine un jardin sec, ratatiné et peu attrayant. Il suffit de s’intéresser aux bonnes plantes et l’on découvrira que certaines variétés d’agaves prennent une magnifique teinte rouge lorsqu’il fait chaud, alors que d’autres gardent un vert d’une beauté éclatante, comme certains yuccas, tel le yucca à feuilles vrillées (Yucca rupicola) ou encore l’agave des montagnes( Agave montana). Certaines plantes fleurissent au plus sec de l’été, comme les sauges résistantes à la sécheresse et nombre d’arbustes de différentes régions méditerranéennes du monde. Et l’on peut compter sur les palmiers résistants à la sécheresse comme la forme bleutée du palmier doum (Chamaerops humilis ‘Cerifera’). Bien choisies, les plantations répondant aux contrainte du xeriscaping sont belles toute l’année, demandent peu d’entretien et s’accordent parfaitement à l’architecture moderne. Le paysagisme sec est donc une opportunité d’essayer autre chose dans les jardins, et non une contrainte !

Xeriscaping autour d'une maison en Californie

Xeriscaping autour d’une maison en Californie (© Jeremy Levine /Cc-by-sa)

Mieux : le Firescaping, Résistant au feu

Les américains ont une longueur d’avance sur nous en pensant au firescaping, c’est-à-dire le paysagisme résistant au feu. C’est une réalité pour certaines de nos régions, à commencer par la Corse et le littoral méditerranéen. Les incendies constituent une menace. On en observe même jusqu’en Bretagne en été ! En Corse-du-Sud, il y a déjà une obligation de débroussailler autour des habitations. Le firescaping joue sur les plantes qui évitent la propagation de l’incendie et qui repartent bien après un incendie, voire qui n’en sont que plus belles.  Les plantes succulentes sont là aussi très intéressantes.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer