Comment transplanter un palmier ? Pour déplacer un palmier la seule solution est de le transplanter. Nos conseils et notre méthode en 7 étapes !

 

Quel palmier peut-on transplanter ?

En théorie, toutes les espèces de palmiers peuvent se transplanter. En pratique, des difficultés de reprise peuvent se présenter chez certains palmiers à cause de leurs racines. Car tout se passe sous terre, quelle que soit la forme du palmier ! Il faut ainsi distinguer plusieurs groupes de palmiers à transplanter :

– le palmier-chanvre (Trachycarpus, dont il existe de nombreuses espèces) : c’est le plus facile car il forme un “chignon” de racines denses, en une motte serrée ;

– les palmiers à motte moins riche en racines mais qui ont assez de réserve pour supporter une transplantation : Chamaerops, Phoenix, Washingtonia, Sabal

– les palmiers à racines peu nombreuses et peu ramifiées : ils forment peu de motte lorsqu’on les arrache et c’est beaucoup plus difficile. Le Jubaea (cocotier du Chili) est le meilleur exemple.

– les palmiers à racines très profondes et très difficiles à faire reprendre après transplantation, comme Serenoa repens.

Sabal x brazoria brazoriensis

Un Sabal l’année suivant sa transplantation.

Quand transplanter un palmier ?

Si vous devez déplacer un palmier, faites-le entre avril et juillet, dans l’idéal. La terre doit être humide, détrempée à l’avance s’il le faut (mouillée sur une hauteur équivalente à 1 mètre !). Certains palmiers (Trachycarpus) supportent une transplantation dans une période plus large, de mars à octobre, mais en région à hivers plutôt doux et à printemps pluvieux.

 

Comment déplacer un palmier ?

  1. Commencez par supprimer presque toutes les palmes. Gardez les 4 ou 5 plus jeunes se trouvant près du cœur.
  2. Nouez-les en botte.
  3. Creusez une tranchée autour de la base. Excavez à 30 cm de distance, en faisant tout le tout du palmier.
  4. Descendez la tranchée jusqu’à 60 cm au moins. Coupez les racines nettement, avec le fer d’une bêche bien affûtée. Attention, c’est sportif !
  5. Arrachez le plant sans tirer dessus mais en le faisant basculer.
  6. Transportez à l’emplacement de destination. Emballez la motte dans un plastique ou une bâche.
  7. Replantez à l’emplacement final. Mettez en place en arrosant copieusement.

 

Comment faire rependre un palmier qui a été transplanté ?

Pour aider à la reprise d’un palmier fraîchement déplacé, il faudra l’arroser copieusement durant tout l’été (mai à octobre), en gardant la motte humide. Posez un paillis au pied s’il le faut. L’apport d’engrais est utile mais il ne faut pas surdoser. Gardez les feuilles liées pendant 6 semaines environ, sauf en cas de canicule : mieux vaut attendre la fin du coup de chaud. Haubanez en zone très ventée. Les gros sujets devront être déplacés par une entreprise compétente (nous ne réalisons pas ce genre de prestation).