Violette de Parme – Duchesse de Parme

Violette de Parme – Duchesse de Parme

Enivrez-vous du parfum de la violette grâce à Duchesse de Parme, une violette de Parme… retrouvée à Montauban ! Prolifique et facile.

7.00

Poids 0.7 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

La violette de Parme est une violette double formidable. ‘Duchesse de Parme’ est prolifique, facile, rustique. La violette double idéale !

La violette de Parme, une violette odorante pas comme les autres

Cette violette double et si parfumée appartient à un groupe botanique nébuleux et dont l’origine exacte fait toujours l’objet de débats. Une chose est sûre : ce n’est pas Viola odorata comme on l’écrit si souvent. Non, la violette de Parme a plus de mystères que cela et elle est née d’une union où l’on retrouve la violette blanche (Viola alba) et la violette suave (Viola suavis). Le reste ? Mystère. Et le plus important, c’est la fleur.

Du parfum, du parfum, du parfum…

La violette Duchesse de Parme forme un tapis abondant, prolifique, de petites feuilles arrondies. Les fleurs sont formées en théorie tout au long de l’année. C’est toutefois en températures fraîches (moins de 10°C la nuit) que se forment les fleurs complètes, sortes de petits pompons de couleur lilas à cœur pâle. Un peu de chaleur et le parfum se répand à des mètres aux alentours.

La violette de Parme, jolie mais qui craint le froid

Jadis très cultivée à Toulouse (sous une variété particulière, ‘Parme de Toulouse), la violette de Parme ne résiste pas à des températures inférieures à -10°C/-15°C. Sous un paillis de feuilles mortes, il sera facile de protéger une partie de la souche. Ou, comme notre pied-mère, laissez-en un bout près de la maison, au sud et à l’ombre d’un arbuste.

Plus de mystère encore pour notre violette de Parme

La souche qui vous est proposée ici a été retrouvée au pied d’une ferme des environs de Montauban, oubliée là depuis longtemps. L’hiver 2011-2012, qui a terrassé tant de plantes, ne lui a pas fait de mal et c’est sans doute comme cela qu’elle s’est fait oublier depuis on ne sait combien de temps. Par rapport à ‘Parme de Toulouse’, la différence tient à sa résistance au froid, sa fleur plus pâle et portée par des tiges un peu plus courtes, son feuillage plus velu et en forme de cuillère.

Les spécialistes consultés nous ont confirmé que notre souche ne collait pas avec la forme habituelle de la violette de Toulouse. Et cette dernière a été régénérée par culture in vitro dans les années 1990. Or notre souche a sans doute atterri là avant, par on ne sait quel hasard compte tenu de l’isolement de l’endroit où on l’a retrouvée. Nous aurions pu l’appeler ‘Parme de Montauban’, et cela aurait été justifié.

Notre violette à nous, c’est du doux, pas du brutal. Mais elle est de Montauban.

On ne devrait jamais quitter montauban

Et pourtant, la célèbre citation de Camus nous poursuit : « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ». Alors nous préférons éviter ajouter de la cacophonie en utilisant un nouveau nom. Duchesse de Parme n’est peut-être pas le nom véritable de cette violette double et il s’agit peut-être d’une souche qui portera un jour son propre nom…Peu importe : c’est une bonne souche vigoureuse de violette de Parme et c’est tout ce qui compte.

 

Le saviez-vous ?

La violette symbolisait la fleur des amoureux timides, de ceux qui vous désirent mais, comme la violette, peu visibles. Ainsi, un bouquet entier de violettes pouvait se glisser dans une boîte aux lettres. Anonymement, cela exprimait la flamme qu’un prétendant n’osait pas déclarer directement.

Le saviez-vous toujours pas ?

Si l’on renifle trop longtemps la fleur, on finit par ne plus rien sentir. Car la fleur émet un composé, la ionine, qui inhibe les récepteurs de la muqueuse nasale, pendant un court temps. Il devient impossible de sentir l’odeur de la violette… pendant quelques minutes ! Le temps sans doute, pour la violette, de voir le promeneur inquiet s’éloigner. Il ne s’agit sans doute là que d’une coïncidence de nature et bien sûr pas d’une défense de la violette.

 

Comment faire des violettes cristallisées ?

Voici notre recette :

  1. A un blanc d’œuf (bio si possible), ajoutez un tiers de sucre blanc.
  2. Battez-le tout en neige aussi ferme que possible (le blanc sucré ne mousse pas comme le blanc nature).
  3. Trempez-y les fleurs de violettes fraîchement cueillies et équeutées.
  4. Roulez-les aussitôt dans du sucre glace jusqu’à les napper complètement.
  5. Laissez sécher à température ambiante, à l’abri du soleil.
  6. Conservez dans une boîte hermétique, et plutôt au réfrigérateur.

Les fleurs de violette de Parme, très doubles et si parfumées, sont bien sûr plus adaptées à cette recette que les violettes à fleurs simples, moins parfumées. Les fleurs de violette gardent leur parfum pendant plusieurs mois au réfrigérateur.

 

 

bandeau_separateur