Arum à taches blanches – Zantedeschia albomaculata

Arum à taches blanches – Zantedeschia albomaculata

Un arum cousin des Zantedeschia couramment cultivés mais beaucoup moins commun. Notre souche est originaire d’une population poussant très en hauteur en montagne, en Afrique du Sud, et se distingue par sa robustesse et sa facilité de culture. En savoir plus.

8.00

En stock

En stock

Arum à taches blanches – Zantedeschia albomaculata

Zantedeschia albomaculata est un arum qui change du classique arum d’Ethiopie (Z. aethiopica).

Un arum en taille S mais pas XS

Z. albomaculata, l’arum à taches blanches, est une espèce d’assez petit développement en comparaison, puisque ses feuilles ne dépassent pas 50 cm. Cette espèce peu répandue en culture est plus proche des arums colorés (qu’on nomme parfois callas), par son port, sa végétation et son feuillage. Zantedeschia albomaculata porte des feuilles en forme de hallebarde ponctuées de blanc (variable selon les individus) et une à trois inflorescences, constituées d’une spathe blanc-vert à cœur sombre, presque noir. C’est un beau contraste lorsqu’on regarde le tout par dessus !

Zantedeschia albomaculata, moins frileux que les arums des fleuristes

L’arum à taches blanches se différencie des callas classiques par sa résistance au froid puisqu’elle peut être tenue en pleine terre jusqu’à -10°C (nous n’avons pas testé en deçà). Comme toutes les aracées, il est de toute façon facile de déterrer la souche pour l’hiverner à l’abri du froid, puisque la plante entre en repos en septembre-octobre, à la différence de l’arum d’Ethiopie, qui lui est à végétation hivernale. Voilà donc une espèce pour donner un supplément d’âme à une potée ou un coin de jardin chez le connaisseur comme l’amateur de feuillages…

bandeau_separateur

Comment cultiver Zantedeschia albomaculata, l’arum à taches blanches

Taille adulte 50 cm voire plus selon les conditions.

Exposition soleil ou mi-ombre (ne fleurit pas à l’ombre mais forme son feuillage).

Sol drainant, plutôt riche et frais, pas forcément humide. Vient très bien en pot.

Plantation de mars à septembre de préférence.

Adore… le compost, comme toutes les aracées géophytes (en français : plante de la famille de l’arum et à souche tubéreuse). A défaut, accepte très bien un apport d’engrais chaque mois.

Déteste… la sécheresse, qui la fait entrer en repos précocement (mais repart l’année d’après).

Le truc pour le réussir plantez-le dans une potée en compagnie d’autres bulbeuses à feuillage exotique, ou à la façon des cannas.

Espacement 25 cm seulement : son port est très érigé.