Citrus junos – yuzu

Citrus junos – yuzu

Goûtez à l’arôme sublime du yuzu ! Citrus junos est l’un des plus étonnants agrumes, facile à cultiver et résistant au froid. Pour jardinier patient. En savoir plus.

21.00

Poids1.5 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

En savoir plus sur Citrus junos, le fameux yuzu

Le yuzu, citrus junos, est un agrume pas comme les autres. On vous l’avoue : c’est notre préféré. Il est super facile à cultiver mais ne demande pas les mêmes soins que les autres agrumes, il faut donc en tenir compte.

Le yuzu, l’agrume du froid

Ce fameux yuzu a une génétique qui n’a été élucidée que récemment. Il serait né en chine mais n’aurait acquis ses lettres de noblesse qu’au Japon (comme l’art du bonsaï, né en Chine). Il est issu d’un croisement entre une clémentine qui lui a donné sa douceur, et un papeda (le citron Ichang), qui lui a donné sa résistance au froid (et ses épines). Seul, le citron Ichang est infect alors que la mandarine qui lui a servi de mère ne résiste pas au froid. Mais l’enfant est parfait. Il tient sans peine jusqu’à -12°C.

Le yuzu, fruit des gourmets

Ses fruits ont un arôme envoûtant : gourmand comme une clémentine, vif comme un citron, profond comme un cédrat. Ils sont jaunes, parfois lavés de vert comme on dit, et leur surface est irrégulière. Inutile de vous imaginer manger le yuzu comme une clémentine. Sa peau épaisse (l’albédo et le flavédo), qui adhère peu aux quartiers, se détache facilement et les quartiers, plein de pépins, sont peu sucrés. Employez sa peau (non amère) pour aromatiser sauces et sirops, faire de l’huile infusée de yuzu, faire de la confiture pour aromatiser le thé, prendre des bains et bien d’autres, si bien qu’on pourrait en remplir un site entier.

La culture du yuzu, facile !

Oubliez ce que vous savez de la culture des citronniers et autres cédrats. Le yuzu aime les arrosages mais ce n’est pas le plus assoiffé des agrumes. Il ne craint pas le calcaire et c’est même le plus résistant de tous : il commence à se décolorer à un pH de 8,5 : à de telles valeurs, bien d’autres plantes seraient entièrement blanches. S’il a froid, il perd ses feuilles mais les retrouvera au printemps. Ce n’est pas non plus un vorace qui raffole des apports d’engrais comme les citrons. Considérez-le comme un arbuste de terre fraîche, abrité du vent si possible, et plutôt à la mi-ombre. Mieux vaut ne pas le planter trop jeune car la résistance au froid ne s’acquiert qu’avec le temps. Nous avons vu des gros sujets subir -13°C, perdre leurs feuilles et fleurir en mai comme si de rien n’était.

Le yuzu, une histoire de patience

La floraison du yuzu, parlons-en. D’abord, elle n’est pas parfumée, à la différence des autres agrumes. Et surtout, elle se fait attendre. Ne comptez pas voir apparaître un fruit sur une petite plante, ce n’est pas son genre. Il faut parfois attendre plus de 10 ans après le semis pour voir se former une fleur. Les sujets que nous vous proposons sont issus de bouture, ce qui fait gagner quelques années, les racines de la plante étant assez forte (généralement, le yuzu n’est greffé que dans des cas particuliers).

Et si vous voulez en savoir plus sur ce fruit intrigant, reportez-vous à l’article que nous avons écrit pour la Société Française d’Acclimatation. Une bonne occasion de découvrir une publication pour les passionnés de plantes exotiques !

 

bandeau_separateur

Comment cultiver le yuzu, Citrus junos

 

Taille adulte : dépasse facilement les 4 à 5 m, mais peut se tailler (juste avant qu’il ne débourre, fin mars en climat doux). En largeur, comptez jusqu’à 3 m.

Exposition : mi-ombre dans l’idéal. Supporte le plein soleil mais en terre pas trop calcaire et humifère.

Sol : riche en matière organique, bien décompacté, profond.

Plantation : avril à juillet dans l’idéal, mars à septembre en climat doux.

Adore… les apports de compost très mûr et les arrosages réguliers.

Déteste… les mauvaises herbes au pied, qui lui font une concurrence déloyale au printemps, comme beaucoup d’arbres fruitiers. N’aime pas non plus les jardiniers impatients. Inversement, les ballons trop gonflés ne l’aiment pas, à cause de ses méchantes épines : c’est un des agrumes les plus férocement armés. Nul bien sans peine, nulle rose sans épine, dit le proverbe…

Le truc pour le réussir : décompactez en profondeur en amendant avec du compost (du vrai, de jardin), bien mûr. Arrosez la plante mais sans la noyer, en été. Et laissez-lui un peu de temps.

Espacement : 3 m et plus.

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer