Aloe vera - aloès des Barbades

Pour décorer ou prendre soin de soi, Aloe vera est la plante à avoir. Une bonne plante d’intérieur, à garder en pot, même dehors en été. En savoir plus.

Intérêt :

plante médicinale,plante utilitaire

Taille de la plante expédiée :

plant de 30 cm et plus

Type de plante :

vivace à feuilles persistantes

12.00

En stock

Aloe vera, l’aloès des Barbades, est le fameux aloe tant recherché pour ses vertus cosmétiques. Mais c’est aussi une très jolie plante d’intérieur, bien adaptée à notre époque. Cela va sans dite, nos plants sont produits sans le moindre traitement chimique (seul l’engrais employé est minéral).

L’aloe vera, on lui passe un savon

Aloe vera n’est plus vraiment à présenter : cet aloe forme une rosette de feuilles très charnues, non piquantes (mais un peu cassantes), qui renferment une importante masse de tissus translucides. Ces tissus sont gorgés d’eau et constituent la réserve de la plante pour les périodes sans arrosages. Pour les jardiniers qui sont un peu tête en l’air, on commence à voir l’avantage. En attendant, ces feuilles sont parfaites pour réaliser des préparations réparatrices de la peau. Cet aloe n’est pas le seul toutefois à le permettre : l’aloe arborescent et l’aloe savon sont deux autres aloe aux propriétés légèrement différentes, car le suc des feuilles varie d’une espèce d’aloès à l’autre… aloe vera est également comestible, si on retire les parties les plus coriaces de la feuille. Mais cela demande un assaisonnement car l’aloès est aussi réputé pour son amertume (vous savez, le produit qu’on met sur les ongles pour empêcher de se les ronger…).

Vous partez, et l’aloe verra

Les feuilles charnues de l’aloe vera renferment plus de 95% de leur poids en eau. Une fois que la plante est bien gorgée d’eau, elle peut ainsi survivre pendant deux à trois mois, comme dans le désert. Mais il ne faut pas imaginer que c’est une plante qu’on n’arrose que 4 fois par an : la réserve d’eau dans les feuilles n’est censée servir qu’une fois par an, comme dans la nature, où il n’y a qu’une saison sèche par an. Il n’empêche, pour les congés annuels, aloe vera est épatant : bien arrosé avant de partir, il sera aussi beau en revenant (sauf si vous prenez votre année sabbatique en Australie : là, il ne va pas vous attendre aussi longtemps…).

Soleil, soleil, quand je suis dans tes bras, je vois Aloe vera

Ce dont l’aloès des Barbades a le plus besoin, c’est de lumière. Et pas qu’un peu, mais beaucoup. Pour réussir en intérieur, il doit cuire derrière une fenêtre (même plein sud). Là, avec un arrosage toutes les semaines en été (tous 10 à 15 jours en hiver, voire une fois toutes les trois semaines seulement), il pourra fleurir. Cela vaut le coup car les épis jaunes sont lumineux et décoratifs. Et s’il fleurit, c’est qu’il se plaît.

Thermomètre à zéro, trouillomètre pareil

Aloe vera ne supporte pas les températures négatives : la moindre gelée transforme le carrosse non pas en citrouille mais en purée de citrouille ! S’il est bon de sortir Aloe vera dehors en été, abstenez-vous de le laisser à l’extérieur lorsque le froid s’installe.

 

Attention à ne pas confondre Aloe vera (celui qui vous est proposé ici) avec d’autres aloe, car même sur Wikipedia, on trouve des illustrations erronées ! Et on trouve même sous le nom d’aloe vera des plantes qui n’ont rien à voir (succulentes du genre Haworthia, Agave…).

 

Pour la petite histoire, Aloe vera n’est pas connu à l’état sauvage, car cultivé de longue date et transporté d’un pays à l’autre. Aloe vera est sans doute dérivé d’Aloe officinalis, l’aloe officinal, originaire de la Péninsule Arabique. Aloe vera se décline en deux formes, avec tous les intermédiaires possibles : une forme à petites feuilles aux taches allongées et aux feuilles de 30 cm, prolifique. Surnommée Aloe vera var chinensis, c’est la plus proche d’Aloe officinalis. L’autre forme, parfois appelée sous le synonyme d’Aloe barbadensis, a des feuilles hautes de 50 cm et plus, larges jusqu’à 10 cm à la base. C’est celle qui est employée en cosmétique et qui vous est proposée ici.

Comment cultiver Aloe vera, l’aloès des Barbades

Taille adulte
50 cm environ : selon les conditions, les feuilles peuvent aller de 30 cm (manque de lumière) jusqu’à 60 cm (il se plaît). Il s’étale selon la taille du pot.

Exposition
Plein soleil. Supporte un peu d’ombre l’été, lorsqu’on le sort dehors.

Sol
Riche mais bien drainant : l’eau doit s’écouler sans retenue lors de l’arrosage.

Plantation
Toute l’année (en pot), puisque vous lui épargnerez le gel !

Adore…
Les baies vitrées en hiver et les rebords de fenêtre ou les balcons en été.

Déteste…
Les atmosphères confinées, humides et froides en hiver. Vous faites courir le risque de pourriture de la base à votre Aloe vera. Aloe vera déteste aussi les soucoupes qu’on lui met sous le pot.

Le truc pour le réussir
Placez votre Aloe vera dans un pot plus haut que large, dans un mélange pour cactées (1/3 de terre de jardin, 1/3 de compost mûr et 1/3 de pouzzolane font aussi bien si vous avez tout cela sous la main). Arrosez avant que le feuillage ne commence à se rider mais attendez que le substrat sèche bien en surface. Apportez de l’engrais une fois par mois (ou un engrais à libération lente, une seule fois, en début de printemps).

Espacement
50 cm

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer