Alocasia cucullata – taro main de bouddha

Alocasia cucullata – taro main de bouddha

Combinez grâce etr exotisme avec Alocasia cucullata, le taro main de bouddha. Une mini oreille d’éléphant facile à cultiver, dedans comme dehors.

15.00

Poids 1.9 kg
Résistance au froid

Intérêt

,

Taille de la plante expédiée

Type de plante

En stock

En stock

Alocasia cucullata, le taro main de bouddha, est un proche cousin de l’oreille d’éléphant (Alocasia macrorrhiza). C’est une excellente plante d’intérieur, bien dans notre époque. On l’appelle aussi oreille d’éléphant naine, oreille d’éléphant à capuchon,

Jolies feuilles et oreilles de Bouddha plus qu’oreilles d’éléphant avec Alocasia cucullata !

Cet alocasia se reconnaît d’un seul coup d’œil par ses feuilles assez petites, d’un beau vert franc, grandes comme la main et se terminant par une petite excroissance en forme de goutte ou de capuchon, selon l’époque et les conditions. Comme l’oreille d’éléphant classique, cette espèce forme une sorte de petit tronc, mais qui ne va pas bien haut, seulement à 10/15 cm de hauteur au maximum (un peu plus sur les vieux sujets cultivés en pot, en intérieur).

Alocasia cucullata est d’ailleurs une espèce assez petite. Un joli pied fera 60 cm de haut pour autant de large, mais pas plus. La floraison, en arums verts, est à notre avis sans intérêt ornemental, mais c’est toujours le signe d’une bonne santé.

Le tronc principal se garnit assez vite de rejets naissant à la base et agrandissant la touffe, petit à petit, en largeur. Cela forme une ravissante coupe de feuilles qui captent à merveille les petites pluies et la rosée.

Le taro main de bouddha au jardin : pas trop de soleil !

Si vous envisagez d’installer cette plante au jardin, faites-le à la belle saison (mai à juillet exclusivement). Choisissez un endroit où la terre est riche en humus (ou en feuilles mortes qui se décomposent, c’est pareil), là où le soleil ne vient pas trop. Cette plante aime bien quelques heures de soleil le matin, mais pas plus en été. En hiver, elle peut prendre le soleil toute la journée, mais il y a des chances pour que le gel ait fait fondre le feuillage. Justement, la rusticité de cet alocasia, on y vient.

Résistance au froid d’Alocasia cucullata

Le taro main de bouddha est réputé plus rustique que l’oreille d’éléphant classique. Notre expérience montre qu’il s’agit à peu près de la même résistance au froid, la plante souffrant vraiment en dessous de – 5 °C / – 6°C. Le feuillage grille dès la première gelée, comme avec tous les cannas, les fougères exotiques et tant d’autres. Mais tant que la souche reste ferme, le redémarrage, en mai, sera facile et vigoureux. C’est lorsque ce pseudotronc commence à geler que la plante sera condamnée à repartir de plus bas, donc plus tard et de façon moins vigoureuse. Vous aurez tout intérêt à garnir le pied de la plante d’un généreux paillis de feuilles mortes en novembre. De toute façon, cela fera trois bonnes actions en un : protection contre le froid, nutrition du sol et rétention de l’humidité, que la plante adore.

Fraîcheur mais sans eau pour le taro main de bouddha

Puisque nous en sommes à parler d’eau, sachez qu’Alocasia cucullata n’est pas une plante aquatique. N’allez pas le confondre avec un vrai taro (Colocasia), qu’on surnomme aussi oreille d’éléphant (les choses sont plus simples avec les noms latins!). Le taro main de bouddha aime un sol frais voire humide ne été, mais pas avec de l’eau. Si vous le gardez en pot, vous pouvez vous autoriser à laisser 1 cm d’eau au fond de la soucoupe, mais pas plus. Plongé dans l’eau d’un bassin d’ornement, la plante pourrit rapidement. Alors que Colocasia esculenta, le vrai taro, en sera tout content (quand les gelées arrivent, il l’est moins).

Alocasia cucullata, Alocasia calidora et autres confusions…

Nous confessons avoir été trompés, il y a quelques années, sur cet Alocasia dont la souche nous avait été fournie sous le nom d’Alocasia odora, cet autre alocasia rustique (et que nous produisons mais qui est toujours très demandé… et il le vaut bien). Alocasia cucullata est aussi confondu avec Alocasia macrorrhiza ‘Calidora’. ‘Calidora’ est une forme naine d’Alocasia macrorhiza, mais avec des feuilles classiques (il ne forme presque pas de tronc et prolifère en touffe). Ajoutez à cela qu’Alocasia macrorrhiza est souvent confondu avec Alocasia gageana (le vrai Alocasia macrorrhiza n’est pas si courant) et vous aurez une idée du tableau…

 

Attention : en hiver (novembre à mars), la plante est expédiée généralement sans feuilles car la souche est en repos.

 

bandeau_separateur

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer