Nannorrhops ritchieana – palmier afghan, palmier mazari

Garnissez un coin sec où rien ne pousse avec le palmier afghan, Nannorrhops ritchieana, un petit palmier qui jouera les mercenaires en terrain difficile ! En savoir plus.

Intérêt :

feuillage graphique,résistance à la sécheresse

Taille de la plante expédiée :

plant de 30 cm de large en pot de 4 l

Type de plante :

arbuste à feuilles persistantes

23.00

En stock

Nannorrhops ritchieana porte plusieurs noms. Si le plus courant est celui de palmier afghan, on l’appelle aussi palmier mazari, palmier d’Afghanistan. On a aussi, pendant un temps, séparé une espèce à part, Nannorrhops arabica, pour des populations un peu différentes. Quoi qu’il en soit, Nannorrhops est un petit palmier, comme son étymologie (minuscule buisson, en grec), le laisse penser. Et en effet, il ne prend pas beaucoup de place !

Le palmier afghan, un petit qui pousse sûrement

Pour les pépiniéristes, Nannorrhops ritchieana fait partie des plantes difficiles : il est vraiment très lent durant ses premières années, puisqu’il lui faut près de 5 ans pour former des palmes divisées. Au jardin, on pourra le cultiver dans un massif en compagnie de plantes vivaces, le temps qu’il prenne ses marques et qu’il s’étale. Vous pourrez aussi le faire voisiner avec d’autres palmiers lents, dans un massif qui prendra de l’ampleur avec le temps. Ne laissez pas le palmier afghan dans son pot car il n’en tirera pas un grand profit. Mieux vaut le mettre en pleine terre et le soigner un peu pour qu’il pousse aussi vite qu’il peut. Mais ce n’est pas non plus le genre de palmier à ne former qu’une feuille par an (on en connaît !). A terme, il forme toutefois une belle touffe et peut largement dépasser deux mètres de haut. Comme le palmier doum !

La résistance au froid du palmier afghan

Nannorrhops ritchieana a incontestablement sa place sur le podium des palmiers les plus résistants au froid, avec le palmier à aiguilles et le palmier doum bleu. Mais la concurrence est rude : le palmier afghan résiste à -15°C et moins, ce qui n’est pas étonnant vu son origine. En réalité, ce classement des palmiers les plus rustiques n’est pas pertinent : ce qui les différencie, c’est leur résistance à la sécheresse. Et là, le palmier afghan s’en tire sans problème, car il est originaire de déserts froids. Pas étonnant, dans ces conditions, qu’il ait appris à pousser à son rythme…

Comment cultiver Nannorrhops ritchieana, le palmier afghan ou palmier mazari

Taille adulte
2 à 3 m, voire plus dans son habitat naturel.

Exposition
plein soleil absolument.

Sol
profond, même avec des cailloux, pourvu qu’il puisse s’y enraciner en profondeur. Supporte bien le calcaire.

Plantation
mars à septembre dans l’idéal, toute l’année en climat doux.

Adore…
les sols particulièrement drainant, comme les talus et les terres sableuses. Il aime aussi la tranquillité car il ne faut pas le transplanter sans raison. Comme son cousin américain : chez les palmiers, américains et afghans sont un peu pareils !

Déteste…
l’humidité stagnante en hiver. Il peut endurer le vent, la neige, la grêle et même les belles-mères, bref, tout ce que vous voudrez, mais pas un sol détrempé et asphyxiant.

Le truc pour le réussir
installez-le dans un coin où il peut cuire en été (il ne craint pas des températures allant jusqu’à 50°C), par exemple au pied d’un mur au sud de la maison. vous pouvez le planter en compagnie de cactées.

Espacement
1,50 m

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer