Geoffroea decorticans – palo verde du Chili

Geoffroea decorticans – palo verde du Chili

Enrichissez un jardin sec grâce à Geoffroea decorticans, le palo verde du Chili, ou chañar. Un arbuste d’avenir, aux multiples mérites !

 

18.00

En stock

En stock

Geoffroea decorticans, le palo verde du Chili, est localement appelé chañar ou kumbaru. C’est un beau petit arbre, résistant à la sécheresse, et en plus, il donne des fruits comestibles.

Geoffroea decorticans, l’autre palo verde

Le chañar est un petit arbre typique des maquis argentins, même si en français, on lui prête le surnom de palo verde du Chili. On ne remarque autant au printemps, lorsqu’il se couvre de fleurs jaunes, avant que le feuillage n’apparaisse. Il rivalise alors avec les mimosas ! En hiver, il a tout autant d’intérêt grâce à son écorce verte. En bon palo verde, c’est un stratagème qui lui permet de capter un peu d’énergie du soleil, sans avoir à déployer des feuilles. Chez nous, on le retrouve chez le cytise.

En isolé, c’est un arbre pouvant dépasser 8 m de haut. En groupe, c’est un grand arbuste d’environ 5 m, formant d’impressionnants sous-bois (voir la photo). On s’attend à voir surgir des gauchos. Il est typique des formations sèches, sur des sols très variés, mais toujours bien drainés. Nous avons remarqué que la plante, au jeune stade, n’est pas capricieuse, contrairement aux palos verdes nord-américains (et que nous ne réussissons pas tous les ans). A la différence des palos verdes américain, Geoffroea decorticans n’est pas épineux.

Résistance au froid du palo verde du Chili

Peu (voire pas du tout) cultivé en Europe, nous n’avons guère de recul sur cette essence, pour laquelle il vous est proposé de jouer les acclimateurs et les expérimentateurs. Compte tenu de sa répartition naturelle, cette plante doit sûrement supporter des gelées de -8/-9°C au moins. Le drainage et la bonne installation du plant est sûrement la clé de la résistance.

Le chañar, plus qu’un arbre, une fierté

Car il est plus argentin que chilien, cet arbre. Son nom de chañar vient de la langue mapudungun (celle du peuple Mapuche, à cheval sur le Chili et l’Argentine). Et en mapudungun, « chañar », c’est celui qui se déshabille. Allusion bien sûr à l’écorce de l’arbre, qui se fendille et s’exfolie pour laisser voir la jeune écorce, verte, comme tout palo verde qui se respecte. Mapuche et chañar, c’est une association naturelle. Car dans l’arbre, tout est bon. Il fixe les sols contre l’érosion (et les enrichit en azote), ses fleurs sont mellifères, ses fruits (frais ou secs) ainsi que ses graines sont comestibles. Et on en fait même un sirop, l’arrope de chañar (la mélasse de palo verde, si vous préférez). N’en jetez plus ! Si : il a des vertus médicinales avérées. Goeffroea decorticans, c’est déjà commencer à explorer la culture traditionnelle argentine mais aussi la gastronomie traditionnelle. ¡ Che !

 

Bref, nous sommes heureux de proposer cet arbre à la vente. Avis aux amateurs de plantes de terrain sec et de climat chaud : c’est à saisir car contrairement à d’autres plantes, nous ne sommes pas sûr de pouvoir à nouveau le proposer un jour, car les rares sont fort rares.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer