Bulbinella hookeri – Oignon maori

Bulbinella hookeri, l’oignon maori, est une jolie fleur vivace cousine des Kniphofia ou tisons du diable, mais très rare. Stocks limités. En savoir plus.

Intérêt :

feuillage fin,floraison précoce

Taille de la plante expédiée :

touffettes en pot de 1,3 l

Type de plante :

vivace caduque

7.50

En stock

Cousine des tisons du diable, ou Kniphofias, Bulbinella hookeri est une plante vivace qui perd ses feuilles dans le courant de l‘été. Il ne faut pas confondre le genre Bulbinella avec les bulbine, qui sont des plantes succulentes (à feuilles très charnues) et qui ne résistent pas à la moindre gelée. Bulbinella hookeri tient bien au froid. Nous l’avons observée dans les montagnes de Nouvelle-Zélande, en compagnie des Aciphylla (ouch, aïe, ouïlle !) et de mimulus, dans des prairies humides. C’est son origine néozélandaise qui lui a donné son surnom d’oignon maori, bien que rien ne dit que les maori en aient fait usage (elle n’a pas de surnom en maori, mais cela ne vous empêchera pas de dormir). Elle porte aussi le nom synonyme d’Anthericum hookeri.

L’oignon maori, tôt levé

Bulbinella hookeri entre en végétation assez tôt en fin d’hiver et connaît son pic de croissance en début de croissance, en bonne plante d’origine montagnarde. Elle sèche vers la fin du mois de mai. Elle fleurit aux environs d’avril, selon les conditions, l’ensoleillement et l’année. N’allez pas croire que c’est parce qu’elle est capricieuse : Bulbinella hookeri fleurit simplement longtemps, plus d’un mois.

Bulbinella hookeri, un air d’Aloe

Comme certains Kniphofia, les Bulbinella ont un air rappelant les Aloe et pour cause : tous habitent des milieux assez proches géographiquement. Comme les Aloe, Bulbinella a des feuilles assez tendres et charnues, mais sans être succulentes. Elles ne sont pas coriaces comme les Kniphofias, qui eux sont à feuilles caduques. Mais le plus sûr moyen de repérer Bulbinella est la couleur de ses fleurs, d’un beau jaune lumineux, alors que les Kniphofias sont orangés la plupart du temps. La forme de l’inflorescence de bulbinella est aussi différente, rappelant certains ornithogales avec sa silhouette en quenouille. L’épi se termine de façon étroite alors que les kniphofias forment un épi massif.

De l’humidité pour Bulbinella hookeri

Comme les Kniphofia, Bulbinella aime l’humidité et on peut presque la considérer comme une plante de bord de bassin. Nous en tenons sur les marges d’une mare depuis des années, où elles reviennent sans soin chaque année, et tiennent au moins jusqu’à -9°C sans dommage. Les Bulbinella poussent lentement, et forment une touffe au bout d’un temps beaucoup plus long que les Kniphofia. Bulbinella hookeri n’y échappe pas. En revanche leur feuilles, d’un beau vert vif sont plus nettes, plus décoratives.

Pour les amateurs de raretés exotiques qui réservent de bonnes surprises, Bulbinella hookeri est une plante à découvrir d’urgence !

Comment cultiver Bulbinella hookeri

Taille adulte
80 cm en fleur, 50 cm à l’état végétatif.

Exposition
Plein soleil.

Sol
Humifère et frais, voire humide, surtout en hiver (ça tombe bien !)

Plantation
Toute l’année

Adore…
Les poches de terre vaseuse additionnée de compost mûr.

Déteste…
La plantation en rocaille sèche, où elle végète car elle n’aime pas l’air sec et les sols arides.

Le truc pour le réussir
Plantez-la dans une fosse de terre améliorée en surface, sans paillis au pied, à 10 cm au-dessus du niveau maximal de l’eau.

Espacement
25 cm.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer