Aloe boylei

Adoptez Aloe boylei, l’aloe de Boyle : un aloès herbacé qui tient au froid et ne prend pas de place. Pour massifs exotiques et climats frais. En savoir plus.

Intérêt :

floraison graphique,look désertique

Taille de la plante expédiée :

plants de 2 ans (20 cm environ)

Type de plante :

vivace à feuilles persistantes

12.00

En stock

Aloe boylei est une espèce d’aloe (ou aloès) qui résiste assez bien au froid. Aloe boylei fait partie des aloe herbacés : avec lui, pas de tige, mais une rosette de feuilles qui le font un peut passer pour un kniphofia, parfois à s’y méprendre. Et comme s’il ne suffisait pas que cet aloe se travestisse en faux tison du diable, il perd son feuillage en hiver, gage de rusticité.

Un look exotique, pour premier plan

Aloe boylei forme une touffe de feuilles vert clair avec de discrets points blancs, en rosettes plus ou moins régulières, mais assez étroites. Il ne fait pas autant penser à une graminée que d’autres aloes. Sa fleur, sur des rosettes assez fortes, ressemble à un kniphofia à ce ci près que les fleurs ne naissent pas directement dur la tige mais sont portées par un pédoncule, (c’est l’astuce qui vous permet de différencier un kniphofia d’un aloès, même dans le noir). La fleur est de couleur corail et la hampe monte jusqu’à 60 cm environ.

Du frais pour Aloe boylei

Plante de basse montagne grimpant tout de même jusqu’à 2 000 mètres d’altitude, Aloe boylei a besoin d’une terre qui ne soit pas trop sèche en été, comme bon nombre d’aloe, en fait. Il possède des racines charnues, bien plus épaisses que les aloès habituels.

Résistance au froid d’Aloe boylei

Petit nouveau dans le monde des aloe de jardin, cette espèce est encore mal connue. Il est toutefois certain qu’il tienne jusqu’à -10 à -12°C, en vous rappelant bien qu’il perd ses feuilles en hiver. C’est donc à l’état de bourgeon dormant, comme Kniphofia multiflora, qu’il passera l’hiver. Il supporte bien l’humidité hivernale mais demande un excellent drainage. Sur un talus, c’est parfait.

 

Rare en culture, il n’est pas connu et porte différents noms : aloe de  Boyle, grass aloe, etc. Pas sûr que ses noms sud-africains comme isiphukuthwane (en zoulou) ou grasaalwyn  (en afrikaaner, soit littéralement, “aloé herbacé”) vous plaisent davantage.

 

Note botanique : en Afrique du Sud, certains botanistes placent Aloe boylei en synonymie d’Aloe ecklonis, quoique les deux apparaissent d’allure différente en culture. Aloe boylei a des feuilles plus larges et moins nombreuses, alors qu’Aloe ecklonis a des feuilles plutôt fines.

 

A noter : comme c’est une espèce caduque, les plants commandés en hiver sont livrés en repos et ne porteront donc pas forcément de feuilles à ce moment-là !

Comment cultiver Aloe boylei, l’aloe de Boyle

Taille adulte
60 cm en fleurs; 40 à 50 cm en feuilles. En largeur, comptez 40 cm de large seulement.

Exposition
Plein soleil, supporte un peu d’ombre au pied mais seulement lorsqu’il est établi.

Sol
Plutôt riche, drainé, humifère.

Plantation
Toute l’année en pot, mieux de mars à septembre, comme pour la pleine terre.

Adore…
Les terres fraîches et riches, à la différence de bien des aloès.

Déteste…
Les terres dures comme de la brique et aussi sèches qu’un formulaire administratif.

Le truc pour le réussir
Démêlez délicatement la motte de racines afin de les aider à faire corps avec la terre. Évitez tout apport de matière organique mais fournissez un engrais enrobé à libération lente. Offrez un petit coup d’arrosoir en été, deux fois par mois par exemple.

Espacement
50 cm.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer